Nedjma

dj-pour-lyneoctobreNedjma

Texte : Lyne
Illustration : DJDJ

J’avais douze ans lorsque j’ai rencontré Nedjma.
Dans l’annuaire, son prénom avait dû faire la différence et mes parents l’avaient appelée. Elle habitait un petit pavillon à Aulnay-sous-Bois, avec sa mère et ses quatre enfants. Elle y donnait des leçons de piano.
Nedjma m’a tout d’abord désappris l’ersatz de musique, qui m’avait été faiblement inculqué par une prof qui m’envoyait surtout faire ses courses. Puis on a pu se mettre au travail.
Plus tard, lorsqu’un piano d’études a trouvé place à la maison, c’est elle qui venait chez nous. Elle arrivait, un peu essoufflée par les étages, grande, ses épais cheveux acajou aux épaules, enveloppée de son parfum si caractéristique. Elle avait de belles mains très blanches, rondes et puissantes.
Après le cours, elle s’attardait et parlait de sa vie d’ « avant ». Avant, c’était du vivant de son mari, une époque qui, de mon jeune âge, semblait relever de la préhistoire . Maintenant, je me rends compte que la douleur devait être toujours très vive. Il était musicien lui aussi, un pionnier des ondes Martenot. C’était l’amour de sa vie.
Elle racontait leurs tournées communes, les concerts, sa vie d’artiste, toute une splendeur passée. Et aussi comment la profession lui avait brutalement tourné le dos lorsqu’elle s’était retrouvée seule. Plus de contrats, toutes les portes qui se ferment.
Les raisons de ce rejet me restaient confuses, mais la duplicité des adultes, un univers de férocité, m’étaient révélés. La beauté de la musique pouvait donc cohabiter sans vergogne avec mesquineries et jalousies.

Nedjma m’a accompagnée, énergique et fantasque, sur un petit chemin parallèle, durant ces années d’adolescence. Je l’ai abandonnée un jour, comme tout le reste pour courir après les chimères de l’âge adulte.

Aujourd’hui, j’ai ressorti mes vieilles partitions. J’y retrouve au fil des pages ses annotations au crayon qui s’obstinent par-delà les décennies à guider mes hésitations. J’ai de nouveau douze ans.

Madame Nedjma Solal, où que vous soyez, vous êtes une grande dame et je vous remercie.
Lyne

9 comments on “Nedjma
  1. Gabi dit :

    C’est ce qu’on appelle « une mère spirituelle », non ?

  2. Lyne dit :

    Pas vraiment. Plus une sorte d’amie, une adulte différente de ceux de mon entourage, des couleurs dans la grisaille de l’adolescence. C’était vraiment un « personnage » comme on dit, avec son mystère, son physique, ses histoires.
    Je n’avais ni envie de lui ressembler, ni surtout celle d’avoir une mère supplémentaire, hi hi.
    E-delire, ça sort avant le jeudi ou tu l’as eu en avant-première ? T’es pistonnée toi !

    • Gabi dit :

      C’est notre webmaster qui est allé plus vite que les violons !!! Mais c’est cool car ce numéro est un pur bonheur, ce thème est THE thème, et je l’M beaucoup.

  3. Anne B dit :

    Il est beau ce texte… On aimerait aussi avoir rencontré Nedjma…

  4. Anne B dit :

    Absolument 🙂

  5. patrick.s dit :

    Merci beaucoup pour cet hommage à ma maman.

    • Lyne dit :

      Je suis très émue. Je n’en reviens pas que mon texte soit arrivé jusqu’à vous. Par quel chemin, si ce n’est pas indiscret ?

      • patrick.s dit :

        je suis en train de faire des recherches généalogique sur ma famille notamment par internet .
        Vous étiez élève dans quelles années?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *