L’école est finie

tableau noirL’école est finie

Texte : Gabi
Illustration : Gabi

 

Sous les branches d’un grand tilleul,

Au milieu de la cour déserte,

Le banc de fer s’ennuie tout seul.

Parfois un couple d’hirondelles,

Poussant de petits cris stridents,

Virevolte au ras de la marelle.

Une bourrasque de vent chaud

S’amuse à faire tourbillonner

De la poussière sous le préau.

 

Sur la pendule du couloir,

Que personne ne vient remonter,

Il est toujours onze heures et quart.

Au garde-à-vous et face à face,

Les porte-manteaux bien alignés

Semblent garder l’entrée des classes.

Les tableaux noirs sont effacés

Et n’ont pour toute compagnie

Que chaises et pupitres muets.

 

Chaque mur de l’école attend,

Plongé dans une même torpeur,

Le jour du retour des enfants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *