Et l’Homme créa la Musique

et-lhomme-crea-la-musiqueEt l’Homme créa la Musique

Texte : Gabi
Illustration : MJC + Cortez

Un petit groupe d’hommes mi- peintres, mi- chamans, venus de différentes tribus, s’était rassemblé devant cette grotte avec tout le matériel nécessaire à sa décoration. Au programme : scènes de chasse, empreintes de mains, silhouettes humaines, … la routine quoi !

Ils entrèrent et chacun, muni d’une lampe à huile, se mit à la recherche d’un espace qui l’inspirerait. Mais cette salle était déjà très ornée et ils étaient sur le point de se décourager lorsque l’un d’entre eux aperçut tout au fond, derrière un éboulement rocheux, l’entrée d’un petit tunnel. Ils mirent toutes leurs forces en commun pour dégager les pierres puis l’un d’eux décida de partir en reconnaissance et s’engagea en rampant dans l’étroit boyau, poussé par une irrésistible intuition.

Après une interminable attente, les autres l’entendirent crier pour les inviter à le rejoindre. Le cœur battant, l’un après l’autre, ils se glissèrent dans le petit passage puis débouchèrent dans la plus belle salle qu’ils avaient jamais vue. Il y avait là de longues colonnes couleur ivoire, couvertes de paillettes étincelantes comme des étoiles. Certaines partaient depuis le plafond pour rejoindre le sol, et d’autres allaient en sens inverse. Certaines étaient fines, d’autres épaisses, et d’autres encore étaient recourbées dans leur largueur, comme de longues peaux de bête suspendues. Curieux, le groupe s’approcha de l’une d’entre elles qui touchait à la fois le sol et le plafond. Un des hommes la renifla, elle avait une douce odeur de pierre. Un autre en caressa la surface : c’était lisse, froid et légèrement humide. Il lécha ses doigts : c’était un tout petit peu salé. Un troisième essaya de la tordre entre ses mains puissantes mais rien à faire, elle était aussi solide qu’une défense de mammouth. Le quatrième tapota dessus avec le poing, et la colonne se mit à vibrer avec un son légèrement creux qui résonna dans toute la cavité. Poum ! L’Homme venait d’inventer l’instrument.

Chacun à son tour se mit à taper et le phénomène se reproduisait à chaque coup. Mais selon l’endroit où l’on frappait, le son n’était pas tout à fait le même. Pim ! Pam ! Poum ! L’Homme venait d’inventer les notes.

Ils recommencèrent plusieurs fois chacun, tapant de-ci de-là, et cela créa une étrange suite de sons aigus, graves ou moyens. Pim pam pim pam poum … L’Homme venait d’inventer la mélodie.

Ils continuèrent, de plus en plus vite, puis lentement, puis à des cadences de plus en plus élaborées. Poum pam pam, poum poum, pam pam, poupoupoupoupoupoum, pam pam ! L’Homme venait d’inventer le rythme.

L’Homme était devenu « musicien » !

Alors leurs pieds se mirent à accompagner les sons en battant le sol. Leurs genoux se levaient sans effort, et petit à petit tout leur corps entra en transe. L’Homme venait d’inventer la danse.

Leur voix enfin entra en scène, naturellement. Tout à la joie de leur découverte, ils riaient comme des enfants et commencèrent à accompagner les bruits de pierre avec des bruits de bouche. « Tipli, tapla ! Tipli, tapla ! Oum katkatatz katkatatz ! » L’Homme venait d’inventer le chant.

NDLA : certains passages sont inspirés de faits réels se déroulant de nos jours dans un petit village du Pays Basque où un petit groupe d’homo sapiens-saboit-safume se retrouve chaque vendredi soir dans la grotte ornée de deux d’entre eux pour s’adonner à la batucada, une sorte de musique primitive post-moderne …

2 comments on “Et l’Homme créa la Musique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *